Dictaphone Micro Cassette

L’apparition du dictaphone numérique a pratiquement relégué le dictaphone micro cassette au rang d’antiquité aux yeux de certains. C’était pourtant un outil bien pratique et, malgré les progrès de le technologie, certains ne jurent toujours que par l’enregistreur micro cassette.

Pour la toute jeune génération qui est entrée directement dans cette ère, il peut être intéressant de retracer le Dictaphone Micro Cassetteparcours de la mini, puis de la micro-cassette qui a fait les beaux jours de l’enregistrement analogique.

La première cassette audio, dont la commercialisation eut lieu au début des années 1960, introduisit une petite révolution dans le monde musical. On pouvait enfin enregistrer directement chez soi les musiques que l’on entendait à la radio et les réécouter autant qu’on le souhaitait. La première minicassette apparut en 1963, en même temps que le premier magnétophone, mais Philips y travaillait depuis deux ans déjà. Elle consiste en une bande magnétique entourant deux bobines. Le procédé se répandit d’autant plus vite que son créateur cédait gratuitement son brevet à tous les fabricants éventuellement intéressés et le terme K7 devint l’équivalent de magnétophone. En 1980 elle fut améliorée par le système « auto-reverse » qui permettait d’écouter les deux faces de la cassette sans effectuer de manipulation.

En 1967 on découvre la minicassette pour appareils de dictée de Philips, puis Olympus investit le marché avec sa microcassette pour Dictaphone en 1969. Dans la foulée, apparait le premier Walkman de Sony. L’histoire voudrait qu’elle fut inventée par le patron de Sony qui, féru de golf, souhaitait pouvoir écouter de la musique tout en pratiquant son sport favori. La minicassette a pratiquement disparu depuis l’apparition des baladeurs numériques ; mais la micro cassette est toujours utilisée pour des dictaphones et des répondeurs téléphoniques. En effet, si sa qualité sonore n’était pas au top pour les enregistrements musicaux, elle s’avère largement suffisante pour un enregistreur de voix. Elle fut également utilisée un temps pour stocker les données informatiques sur des ordinateurs personnels, mais à cause du volume d’enregistrement très limité elle fut vite détrônée par la disquette.

On voit donc que les trois grands de l’enregistreur numérique (Philips, le dictaphone Sony et le dictaphone Olympus) étaient déjà à l’origine du dictaphone micro cassette. Effectuons un petit tour d’horizon concernant les dictaphones micro cassette disponibles sur le marché actuellement :

Dictaphones microcassette Olympus :

  • Olympus Pearlcorder S701 : comporte un micro intégré et un haut-parleur intégré avec mode de sortie mono ; le son à deux
  • vitesses est excellent et il n’existe aucun problème de maniement des touches malgré sa petite taille.
  • Olympus Pearlcorder S702 : autonomie d’environ 17 h d’enregistrement ; les touches sont simples d’utilisation et le son restitué est très bon pour un si petit appareil.
  • Olympus S711 : l’enregistrement s’effectue en deux vitesses de lecture, son esthétique est agréable et il possède une très longue durée de vie ; on peut simplement regretter qu’il n’enregistre pas en recto-verso, d’où la nécessité de retourner la cassette, et qu’il soit un peu encombrant (taille d’un étui à lunettes, ce qui est grand par rapport à certains modèles proposés).
  • Olympus J300 : il possède un contrôle d’enregistrement automatique, une touche pause, un système de lecture rapide et une prise pour casque ou microphone externe ; ultra compact et très léger, il est d’un usage agréable.
  • Olympus Pearlcorder J500 : ce dictaphone micro cassette allie les performances et le design ; ultra compact et léger, il est doté d’un témoin d’usure des piles, d’un système de controle d’enregistrement automatique et de lecture rapide ; touche pause, repère index, connectique fiche pour casque, prise pour micro externe.

Dictaphones microcassette Sony :

  • Sony M450 : cet appareil comporte un haut-parleur intégré et un purificateur de voix.
  • Sony M470 : facile d’emploi, il offre de bonnes prestations compte tenu du prix mais un compteur pour repérer ses enregistrements sur la cassette serait utile ; appareil intéressant pour les enregistrements courants.
  • Sony M475 : dictophone micro cassette disposant du système d’enregistrement Clear Voice Plus qui améliore la qualité audio.
  • Sony M800V : compact, léger bien que robuste, il offre une touche pause, un retour rapide, une prise casque, un compteur de bande ; déclanchement vocal et autonomie de 15 h.

Dictaphone Microcassette Philips :

  • Philips Pocket Memo 388 : un grand classique à déclenchement vocal ; chargement possible des piles durant l’utilisation grâce à sa recharge interne ; interrupteur à 4 positions ; prise casque et micro.
  • Philips Pocket Memo 488 : déclenchement à la voix, indexage de fin de lettre indiquant le début de chaque document ; l’enregistrement peut se faire en rapproché ou en mode conférence selon la sensibilité de microphone choisie.
  • Philips Pocket Memo 588 : ce dictaphone micro cassette à déclenchement vocal comporte l’affichage du temps d’enregistrement, un indicateur de niveau des piles, un indexage de fin de lettre et un sélecteur de sensibilité.

Il apparaît donc que, malgré les progrès du numérique, il existe encore un grand choix en matière d’enregistreur à cassette à des prix divers. Pour des enregistrements courants ne nécessitant pas des techniques particulièrement sophistiquées, le prix peut justement faire la différence au niveau du choix. Il semblerait que le dictaphone micro cassette ait encore un bel avenir devant lui.

Contenu protégé par Copyscape – Reproduction Interdite

Tags de recherche :

dictaphone cassette, DICTAPHONE A CASSETTE, dictaphone ANALOGIQUE, dictaphone micro cassette, dictaphone microcassette, microcassette, cassette dictaphone, dictaphone a microcassette, dictaphone mini cassette, magnetophone cassette